Le cholestérol, c’est quoi ? Et à quoi sert-il ?

L’excès de mauvais cholestérol fait partie des maladies cardio-vasculaires qui sont la première cause de mortalité en Europe et sont responsables de 36 % des décès. Les études épidémiologiques entreprises depuis 40 ans ont permis d’identifier les facteurs de risque, c’est-à-dire les comportements d’hygiène de vie et d’environnement ainsi que les éléments de la biologie individuelle, responsables de l’apparition de diverses affections cardio-vasculaires.

Certains des facteurs de risques sont difficiles à gérer sur le plan individuel, comme les prédispositions physiologiques parfois héréditaires ou l’hypertension artérielle. Il est néanmoins possible à chacun, avec l’appui des professionnels de santé, d’intervenir de façon directe sur d’autres paramètres de comportement comme le tabagisme, l’activité physique et l’alimentation.

L’hypercholestérolémie fait partie de ces facteurs. Le seuil de sécurité est fixé à 2g/litre chez l’adulte.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une substance dont l’organisme a besoin en certaines quantités pour assurer son bon fonctionnement.

Le cholestérol provient de deux sources :

  • l’une est externe : elle provient des aliments d’origine animale.
  • l’autre est interne : l’organisme produit aussi lui-même du cholestérol.

Comment le cholestérol agit-il dans l’organisme ?

Le cholestérol ne peut se dissoudre dans le sang.

C’est pourquoi il a besoin de « transporteurs ». Les deux principaux sont le HDL et le LDL :

  • Un taux de cholestérol LDL trop élevé est un facteur de risque cardio-vasculaire, c’est pourquoi on parle de « mauvais » cholestérol. Près de 2 millions de personnes sont concernées en France.
  • Le cholestérol HDL a une fonction protectrice qui lui vaut le nom de « bon » cholestérol.

Le rôle de la diététique dans la lutte contre le cholestérol

Une alimentation adaptée a un effet préventif essentiel dans la gestion de l’hypercholestérolémie. Les corps gras sont indispensables à notre équilibre alimentaire, et certaines catégories sont à privilégier. Les nutritionnistes recommandent de :

  • Réduire la consommation de graisses saturées (présentes dans le beurre, les fromages, les viandes). Éviter la charcuterie, à l’exception du jambon.
  • Accorder une place plus grande aux acides gras poly-insaturés, dits essentiels (majoritairement d’origine végétale : huiles de tournesol, de colza, de maïs).
  • Privilégier la consommation de poissons, des volailles (sans la peau).
  • Ne consommer pas plus de deux oeufs par semaine.
  • Assurer un apport suffisant en fibres, en privilégiant la consommation de légumes et de fruits (crus et cuits), de pain complet, de céréales et de légumineuses.
  • Oublier la monotonie, flatter votre palais avec des préparations légères et variées et sécher apprécier vos repas, assis et au calme. Jouer avec les épices et aromates pour relever subtilement les préparations.

Une hygiène de vie à adopter

En complément de la réduction du taux de mauvais cholestérol, une bonne hygiène de vie est indispensable à la gestion des facteurs de risque de développement des maladies cardio-vasculaires.

Des pratiques régulières sont ainsi recommandées :

  • Surveiller sa tension artérielle
  • Éviter le tabac
  • Pratiquer un exercice physique régulier
  • Maintenir son poids de forme
  • Apprendre à se relaxer pour mieux évacuer le stress

Une activité physique à exercer

Il est aujourd’hui reconnu que l’activité physique est un excellent moyen de rester en forme.

Voici quelques sports particulièrement recommandés. Mais avant de vous lancer, prenez soin de vérifier avec votre médecin traitant votre aptitude à l’effort physique.

1. La marche : c’est l’activité physique la plus naturelle et donc la mieux tolérée. Elle permet une adaptation à l’effort tout en douceur. Pour la pratiquer avec plaisir, choisissez un terrain plat et contentez-vous d’une demi-heure, au moins une fois par semaine.

2. La bicyclette : roulez à allure modérée et régulière et commencez toujours lentement afin que votre rythme cardiaque et votre respiration s’adaptent progressivement.

3. La natation : c’est l’exercice physique que tout le monde devrait choisir. Elle fait travailler tous les muscles, favorise le développement de la cage thoracique et de la capacité respiratoire.

4. La gymnastique : avec ce sport, pas besoin de se brusquer, ni de se surmener. Travailler par séquences de 10 à 20 mouvements avec des séances allant de 20 à 30 minutes, sans jamais oublier les exercices respiratoires.

5. La course à pied : ce sport demande une attention toute particulière. Chaque amateur de course à pied doit la pratiquer à son rythme, à son souffle et selon les capacités physiques de son âge.

Vous aimerez aussi...